Internet à souvent été vu comme une bibliothèque universelle.

Alors bienvenue dans ma BIBLIothèque Universelle Personnelle,
un moyen pour moi de partager avec vous par divers extraits des savoirs que je souhaite sauvegarder et diffuser.
un aperçu d’une expérimentation en vue de proposer une nouvelle manière d’interagir avec des contenus divers.


L’intelligence distribuée

L’intelligence distribuée désigne l’apparition de phénomènes cohérents à l’échelle d’une population dont les individus agissent selon des règles simples. L’interaction ou la synergie entre actions individuelles simples peut de façons variées permettre l’émergence de formes, organisations, ou comportements collectifs, complexes ou cohérents, tandis que les individus eux se comportent à leur échelle indépendamment de toute règle globale.

C’est l’indépendance entre d’une part les actions et règles qui régissent les individus et de l’autre la forme ou la dynamique collective, qui est au cœur du concept d’intelligence distribuée : comment cette cohérence globale apparaît-elle alors qu’elle n’est ni inscrite au niveau de l’individu, ni le résultat de « décisions communes », ni encore « commandée » par une « intelligence » centrale1 ?

Un cas flagrant est le fonctionnement collectif d’une colonie de fourmis, par exemple dans le cas de la découverte d’une source de nourriture : lorsque des individus trouvent cette nourriture, ils laissent sur le chemin du retour un marqueur odorant, en l’occurrence des phéromones2,3. La présence de cette odeur incite d’autres fourmis à emprunter le même chemin, qui laisseront elles-mêmes des phéromones, ce qui amplifie le phénomène : il y a ainsi une boucle de rétroaction positive, qui engendre un phénomène de stigmergie4,5. Lorsque la source de nourriture se tarit, le dépôt de phéromones cesse et finit par s’effacer dans le temps, ce qui annule la rétroaction.

Les lois et phénomènes qui peuvent régir ou expliquer l’intelligence distribuée sont l’objet d’une recherche active au croisement de disciplines qui l’étudient en systémique, écologie, et « intelligence artificielle« , notamment6.
Le concept est né en zoologie de l’observation de colonies d’insectes eusociaux. Adopté par l' »intelligence » artificielle, il y occupe une place importante dans la recherche7,8.

Source : Article Intelligence distribuéede Wikipédia en français (auteurs)
Contenu soumis à la licence CC-BY-SA 3.0
.

Sciences Humaines et Sociales

Les sciences humaines et sociales forment un ensemble de disciplines étudiant divers aspects de la réalité humaine sur le plan de l’individu et sur le plan collectif. […]

Ses domaines de recherche sont nombreux, allant de la géographie à la psychologie sociale, en passant par lalinguistique, la démographie, l’histoire, l’anthropologie ou la sociologie.

Actuellement, les sciences humaines et sociales peuvent converger plus ou moins avec d’autres domaines des sciences. […]

Chaque discipline des sciences humaines et sociales, a ses propres écoles de pensée et de nombreuses approches méthodologiques et théoriques. Il n’y a pas de principe universel ou une seule dénomination; chaque champ de recherche a ses particularités.

Du behaviorisme aux sciences cognitives

Sous l’influence du positivisme logique, le behaviorisme devient la tendance dominante de la psychologie aux États-Unis pendant toute la première moitié du xxe siècle, critiqué par un renouveau de la philosophie du langageet de l’esprit, il fut supplanté par le modèle des sciences cognitives. Celles-ci font rejoindre autour d’un même objet d’étude, le fonctionnement du cerveau et de l’esprit, un ensemble de disciplines hétérogènes, telles que les mathématiques ou la philosophie.

Tendances, prospective

Source : Article Sciences humaines et sociales de Wikipédia en français (auteurs)
Contenu soumis à la licence CC-BY-SA 3.0.


Réactualiser la page pour en voir d’autres…