Internet à souvent été vu comme une bibliothèque universelle.

Alors bienvenue dans ma BIBLIothèque Universelle Personnelle,
un moyen pour moi de partager avec vous par divers extraits des savoirs que je souhaite sauvegarder et diffuser.
un aperçu d’une expérimentation en vue de proposer une nouvelle manière d’interagir avec des contenus divers.


Simulation

La simulation est un outil utilisé par le chercheur, l’ingénieur, le militaireetc. pour étudier les résultats d’uneaction sur un élément sans réaliser l’expérience sur l’élément réel.

Lorsque l’outil de simulation utilise un ordinateur on parle de simulation numérique. Il a également existé dessimulateurs analogiques et il a été envisagé dans les années 1970 d’en construire des stochastiques.

Les chercheurs, les ingénieurs, les militaires et bien d’autres professionnels se posent souvent la question : quel est le résultat que j’obtiens si j’exerce telle action sur un élément ?

Le moyen le plus simple serait de tenter l’expérience, c’est-à-dire d’exercer l’action souhaitée sur l’élément en cause pour pouvoir observer ou mesurer le résultat. Dans de nombreux cas l’expérience est irréalisable, trop chère ou contraire à l’éthique. On a alors recours à la simulation : rechercher un élément qui réagit d’une manière semblable à celui que l’on veut étudier et qui permettra de déduire les résultats.

Source : Article Simulation de phénomènes de Wikipédia en français (auteurs)
Contenu soumis à la licence CC-BY-SA 3.0
.

L’intelligence distribuée

L’intelligence distribuée désigne l’apparition de phénomènes cohérents à l’échelle d’une population dont les individus agissent selon des règles simples. L’interaction ou la synergie entre actions individuelles simples peut de façons variées permettre l’émergence de formes, organisations, ou comportements collectifs, complexes ou cohérents, tandis que les individus eux se comportent à leur échelle indépendamment de toute règle globale.

C’est l’indépendance entre d’une part les actions et règles qui régissent les individus et de l’autre la forme ou la dynamique collective, qui est au cœur du concept d’intelligence distribuée : comment cette cohérence globale apparaît-elle alors qu’elle n’est ni inscrite au niveau de l’individu, ni le résultat de « décisions communes », ni encore « commandée » par une « intelligence » centrale1 ?

Un cas flagrant est le fonctionnement collectif d’une colonie de fourmis, par exemple dans le cas de la découverte d’une source de nourriture : lorsque des individus trouvent cette nourriture, ils laissent sur le chemin du retour un marqueur odorant, en l’occurrence des phéromones2,3. La présence de cette odeur incite d’autres fourmis à emprunter le même chemin, qui laisseront elles-mêmes des phéromones, ce qui amplifie le phénomène : il y a ainsi une boucle de rétroaction positive, qui engendre un phénomène de stigmergie4,5. Lorsque la source de nourriture se tarit, le dépôt de phéromones cesse et finit par s’effacer dans le temps, ce qui annule la rétroaction.

Les lois et phénomènes qui peuvent régir ou expliquer l’intelligence distribuée sont l’objet d’une recherche active au croisement de disciplines qui l’étudient en systémique, écologie, et « intelligence artificielle« , notamment6.
Le concept est né en zoologie de l’observation de colonies d’insectes eusociaux. Adopté par l' »intelligence » artificielle, il y occupe une place importante dans la recherche7,8.

Source : Article Intelligence distribuéede Wikipédia en français (auteurs)
Contenu soumis à la licence CC-BY-SA 3.0
.


Réactualiser la page pour en voir d’autres…